Mosquée al-Rahma - Accueil Mosquée al-Rahma - Accueil

> Les 40 Hadiths de l'imam an-Nawawi







> Biographie :

« L’Imam An-Nawâwi ne vécut que quarante-cinq ans, et n’a commencé à écrire qu’à partir de 660 H, mais a laissé derrière lui un véritable trésor d’ouvrages dans plusieurs disciplines : jurisprudence (fiqh), sciences du hadith, commentaire du hadith, sciences du Coran, langue arabe, etc.

Il se consacra en outre à l’enseignement et participa activement à la vie sociale et politique. Il était réputé pour son immense courage et son franc-parler. Il n’hésitait pas à critiquer ouvertement les gouverneurs et à les inciter à rechercher le bien de la communauté, à défendre les intérêts de l’Islam et à s’attacher au Livre de Dieu et à la Sunna de Son Messager Muhammad (paix et salut sur lui). An-Nawâwî était très pieux, et il faisait preuve de beaucoup de scrupules.

Al-Qutb al Yûnînî a dit de lui : « Il lisait le Coran et mentionnait Dieu abondamment, il renonça à la vie présente et se tourna vers la vie dernière depuis son plus jeune âge. »

Ses ouvrages les plus importants et les plus connus sont « Commentaire du Sahîh Muslim, Les jardins des Vertueux (Riyâd as-Sâlihîn), Les Invocations (Al- Adhkâr) et Les Quarantes Hadiths. »

Les Quarante Hadiths, objet de cet article, est un recueil où l’Imam a compilé un ensemble de Hadiths (en tout quarante-deux) qui couvrent les aspects fondamentaux de l’Islam, tant dans ses fondements théologiques que dans ses règles juridiques et comportementales. »


> Propos de l’Imam An-Nawawi :

« Certains ont réuni quarante Hadîth traitant des bases fondamentales de la religion, certains des applications pratiques [ Furû ], certains du Djihâd, certains des règles de conduite, d’autres ont choisi des Hadîth dans lesquelles il y a des prêches.

Tous ces thèmes visent le bien pour cette communauté, qu’Allah agrée leurs auteurs. Pour ma part, j’ai projeté de faire mieux que tout cela en choisissant quarante Hadîth qui traitent de tous ces thèmes, chaque Hadîth, en effet, { que j’ai mis dans cet opuscule } est en soi une règle fondamentale de la religion, d’ailleurs des savants les ont décrits comme étant la plaque tournante de la religion, certains ont dit qu’ils concernent la moitié, d’autres le tiers, ainsi que d’autres qualificatifs de ce genre.

De plus je me suis appliqué dans cet opuscule à choisir des Hadîth sahîh, et pour la plupart d’entre eux dans le Sahîh de Al-Bukhârî et celui de Muslim. Je les ai cités sans mentionner la chaîne des rapporteurs [ isnâd ] pour en faciliter l’acquisition par la mémoire et en faire profiter un plus grand nombre de gens.

Il est souhaitable que tout homme avide de l’au-delà connaisse ces Hadîth en raison de ce qu’ils englobent comme principes importants de la religion, couvrant la globalité des actes d’obéissance. Cela apparaîtra clairement à celui qui méditera dessus. »



Hadith 1 : Les Actes ne valent que par leurs intentions.

L'émir des Croyants, Aboû Hafs Omar Ibn Al-Kattab a dit: J'ai entendu l'Envoyé de Dieu ﷺ dire: « Les actes ne valent que par les intentions et à chacun selon son intention. Celui qui a accompli l'émigration pour plaire à Allâh et à Son Envoyé, son émigration lui sera comptée comme accomplie en vue de Dieu et de Son Envoyé. Celui qui l'a accomplie pour obtenir quelque bien en ce bas monde, ou pour épouser une femme, son émigration lui sera comptée selon ce qu'il recherchait. »


Hadith 2 : Al Islam, Al Imane et Al Ihsane.

Omar a dit encore : "Un jour, nous étions assis chez l'Envoyé de Dieu ﷺ et voici que se présenta à nous un homme vêtu d'habits d'une blancheur resplendissante, et aux cheveux très noirs. On ne pouvait distinguer sur lui une trace de voyage, alors que personne d`entre nous ne le connaissait. Il prit alors place, en face du prophète. Il plaça ses genoux contre les siens, et posa les paumes de ses mains sur les cuisses de celui-ci, et lui dit:
- « Ô Mohammed, informe moi sur l`Islam »
l'Envoyé de Dieu ﷺ dit alors:
- « L'Islam consiste en ce que tu dois: témoigner qu'il n'est d'autre divinité qu`Allâh, et que Mohammed est Son Envoyé, accomplir la prière rituelle, verser l’aumône (impôt rituel) et accomplir le jeûne de Ramadan, ainsi que le pèlerinage à la Maison d`Allah si les conditions de voyage rendent la chose possible. »
- L'étranger lui répondit: « Tu as dit vrai », et nous de nous étonner, tant de sa question que de son approbation, puis, il reprit « Informe moi sur la Foi ».
- Le prophète répliqua : « La foi consiste en ce que tu dois croire à Allah, à Ses Anges, à Ses Livres, à Ses prophètes, au Jugement Dernier. Tu dois croire encore à la prédestination touchant le bien et le mal. »
- L`homme lui dit encore: « Tu as dit vrai » et il reprit: « Fais-moi connaître la vertu », et le prophète lui répondit:
- « La vertu consiste à adorer Dieu, comme si tu Le voyais, car si tu ne Le vois pas, certes Lui te voit. »
- L'homme lui dit encore: « Informe moi sur l'Heure (du Jugement Dernier) », et le prophète lui répondit :
- « Sur l`heure du jugement, l'interrogé n'est pas plus savant que celui qui le questionne. »
Là-dessus, l'homme lui dit: « Informe moi sur les signes précurseurs », et le prophète lui répondit:
- « Quand la femme donnera naissance à sa propre maîtresse, et quand tu verras les vas-nu-pieds, les déguenillés et les gueux, gardiens de bêtes, rivaliser dans l’élévation des constructions. »
Là-dessus, l'homme partit. Je demeurai là longtemps, puis le prophète dit:
- « Ô Omar, sais-tu qui m'a interrogé ? »
- « Non », répondis-je ! « Dieu et Son Envoyé le savent mieux que moi »
- « C’est l’Ange Gabriel. Il est venu vous apprendre votre religion. »


Hadith 3 : Les piliers de l'islam.

Abou Abd ar-Rahman, Abd-Allah ibn Omar ibn-al-Khattab, a dit: J'ai entendu l'Envoyé de Dieu ﷺ dire:
« L'lslam est bâti sur cinq piliers:
1. Le témoignage qu'il n'est d'autre Dieu qu'Allah et que Mohammed est Son Envoyé.
2. L'accomplissement de la prière rituelle.
3. L'acquittement de l'aumône (impôt rituel).
4. Le pèlerinage à la Maison de Dieu.
5. Le Jeûne du mois de Ramadan. »


Hadith 4 : Les dernières oeuvres sont déterminantes.

Abou Abd ar-Rahman, Abd-Allah, ibn Massoud a dit: l'Envoyé de Dieu ﷺ le Trés véridique, le Trés digne de foi, nous a raconté ce qui suit :
« Certes, chacun de vous, lorsqu'il est créé dans le sein de sa mère est d'abord pendant quarante jours une gouttelette, puis devient du sang coagulé pendant une semblable durée de temps, puis enfin durant un même laps de temps, devient comme une bouchée de chair, là-dessus, l'ange lui est envoyé, qui insuffle l'âme, et il est ordonné à celui-ci d'accomplir quatre commandements, à savoir d'inscrire: les moyens de vivre (du nouvel être), le terme de son existence, ses actions, enfin, son infortune, ou son bonheur futur.
Par Allah, en dehors de Qui il n`est pas d'autre Divinité, certes, chacun de vous aurait beau œuvrer comme l'ont fait ceux destinés au Paradis, en sorte qu'il s'en approcherait à la distance d'une coudée, alors ce qui a été écrit pour lui prévaudrait, et donc il accomplirait (quand même) les actions des damnés, et il entrerait en Enfer.
Et certes, chacun de vous aurait beau œuvrer comme les damnés, au point de s'approcher de l'Enfer à la distance d'une coudée, alors ce qui a été écrit pour lui prévaudrait, en sorte qu'il accomplirait les actions des élus et qu'il entrerait (quand même) au Paradis ».


Hadith 5 : La nullité des innovations.

Selon la Mère des Croyants, Oumm Abdallah Aïcha, l'Envoyé de Dieu ﷺ a dit:
« Quiconque apporte à notre religion une nouveauté qui n`en provient pas (de cette religion), celui-là est à repousser. »


Hadith 6 : Du licite et de l'illicite

Abou Abdallah En-Noumân ben Bachîr a dit: J'ai entendu l'Envoyé de Dieu ﷺ dire :
« Certes, ce qui est permis est évident, et ce qui est interdit est évident aussi. Mais, entre l'un et l'autre, il y a bien des choses équivoques, que la plupart des gens ne savent pas (distinguer). Qui se garde de l'équivoque purifie sa foi et son honneur, mais celui qui y tombe, tombe dans ce qui est défendu : il est semblable au pâtre qui mène ses troupeaux aux alentours d'un territoire gardé, et alors, bien vite il y fera paître. Chaque roi ne possède-t-il pas un territoire gardé ? Le champ gardé de Dieu, ce sont les choses défendues. En vérité, il y a dans le corps humain un morceau de chair qui, en bon état, permet au corps tout entier de prospérer et qui, en mauvais état, le corrompt en entier, c'est le cœur ».


Hadith 7 : La religion est le bon conseil.

Selon Abou Roqiya Tamim ben Aous ed-Dari , l'Envoyé de Dieu ﷺ a dit :
« La religion, c'est la sincérité ».
Quand nous demandâmes: « Envers qui ? », il répondit :
« Envers Allah, envers Son Livre, envers Son Envoyé, envers les chefs des musulmans, et le commun peuple parmi eux ».


Hadith 8 : Le caractère sacré du musulman. *

D'après Ibnou Omar , l'Envoyé de Dieu ﷺ a dit :
« Il m'a été ordonné de combattre les hommes jusqu`à ce qu'ils témoignent qu'il n`est d'autre divinité qu'Allah, et que Mohammed est Son Envoyé, qu'ils accomplissent la prière rituelle, qu'ils acquittent l’aumône. S'ils exécutent ces choses, ils seront, à mon égard, garantis quant à leurs personnes et à leurs richesses, à moins qu'ils ne transgressent (ouvertement) la loi de l'Islâm, mais Dieu règlera le compte de leurs (vraies intentions) ».


Hadith 9 : La responsabilité dépend de la capacité.

Abou Horeyra Abd ar-Rahmân Ibn Çakhr a dit : J'ai entendu l'Envoyé de Dieu ﷺ dire :
« Ce que je vous ai défendu de faire évitez-le, et ce que je vous ai ordonné, accomplissez-le dans la mesure où cela vous est possible. Ceux qui vous ont précédé ont péri seulement par l'abondance de leurs questions et leurs divergences d'opinions à l'égard de leurs prophètes ».


Hadith 10 : Ne sont acceptées que les bonnes choses.

Selon Aboû Horeyra , l'Envoyé de Dieu ﷺ a dit :
« Dieu le Très-Haut est bon et n'accepte que ce qui est bon, sachez que Dieu a ordonné aux croyants ce qu'il a ordonné aux Envoyés, Il a dit [ s'agissant des Envoyés ] : { O les Envoyés ! Mangez des choses bonnes, œuvrez salutairement. Je sais parfaitement ce que vous faites }, et II a dit [ s'agissant des croyants ] : { O vous qui croyez ! Mangez des choses bonnes que Nous vous attribuons } ».
Puis il parla de l'homme qui fait un long voyage, à la tignasse mal peignée, poussiéreux, levant les mains au ciel criant : « Seigneur ! Seigneur », alors que sa nourriture est de source illicite, sa boisson est de source illicite, ses habits sont de source illicite, il s'est rassasié de ce qui est illicite. Il est loin pour que son invocation soit exaucée.


Hadith 11 : Le scrupule.

Abou Muhammad al-Hassan Ibn Ali Ibn Abi Taleb descendant de l'Envoyé de Dieu ﷺ, et son petit fils a dit : J'ai retenu ceci de l'Envoyé de Dieu ﷺ :
« Renonce à ce qui t'inspire du doute pour ce qui t'en inspire pas »


Hadith 12 : Se consacrer aux choses utiles

Selon Abou Hurayra , l'Envoyé de Dieu ﷺ a dit:
« Parmi les qualités d'un bon Islam, il y a le fait pour l'homme de ne pas s'occuper de ce qui ne le regarde pas ».


Hadith 13 : La foi parfaite.

Selon Aboû Hamza Anas ibn Mâlek, serviteur de l'Envoyé de Dieu, le prophète a dit:
« Aucun de vous ne croit véritablement tant qu'il ne désire pas pour son frère ce qu'il désire pour lui-même ».


Hadith 14 : L'inviolabilité du sang du musulman.

Selon Ibn Masoud, l'Envoyé de Dieu ﷺ a dit:
« Il n'est pas licite de faire couler le sang du musulman, sauf s'il s`agit d'un des trois coupables que voici : le marié qui commet l'adultère, le meurtrier qui subira le sort de sa victime, et l'apostat qui se sépare de la communauté musulmane ».


Hadith 15 : Les vertus islamiques.

Selon Abôu Hurayra, l'Envoyé de Dieu ﷺ a dit:
« Celui qui croit en Allah et au Jugement Dernier, qu'il dise une bonne chose ou qu'il se taise.
Celui qui croit en Allah et au Jugement Dernier, qu'il fasse le bien pour son voisin.
Celui qui croit en Allah et au Jugement Dernier, qu'il soit hospitalier à l'égard de son hôte ».


Hadith 16 : Ne laisse pas exploser ta colère.

Selon Aboû Hurayra, un homme dit au prophète : « Fais moi une recommandation » (religieuse), celui-ci répondit:
« Ne te mets pas en colère ».
L’homme répéta plusieurs fois la même demande et à chaque fois il lui disait :
« Ne te mets pas en colère ».


Hadith 17 : La généralité du bel-agir.

Selon Aboû Yala Chaddâd ben Aoûs, l'Envoyé de Dieu ﷺ a dit:
« Allah a prescrit le bel-agir dans toute chose. Quand vous tuez, faites-le de façons parfaite. Quand vous égorgez une bête, faites-le de la manière la plus douce : aiguisez bien votre lame et accordez à la victime le temps suffisant pour mourir ».


Hadith 18 : La piété et la haute moralité.

Selon Aboû Dharr Djoundoub ben Djounâd et Aboû Abd ar-Rahmân Mou`âd ben Djabal (que Dieu soit satisfait d'eux), l'Envoyé de Dieu ﷺ a dit:
« Crains Dieu où que tu sois, fais suivre le péché de la bonne action qui l'effacera, comporte-toi avec les gens en faisant preuve d'une haute moralité ».


Hadith 19 : L'aide d'Allah et sa protection.

Abou l-Abbas Abdallah ibn Abbas (que Dieu soit satisfait de lui et de son père) a dit : « J'étais un jour derrière le prophète (en croupe sur sa mule), et il me dit :
« Ô jeune homme, je vais t'enseigner quelques préceptes. Observe les commandements de dieu, il te protègera. Observe les commandements de Dieu, tu le trouveras devant toi. Lorsque tu as à demander quelque chose, demande à Allah. Lorsque tu as à implorer assistance, implore assistance auprès d'Allah. Sache que si la communauté est d'accord, à l'unanimité, pour te faire quelque bien, cela ne te profitera que dans la mesure où Allah te l'aurait assigné, et si elle est d'accord à l'unanimité pour te causer quelque tort, tu n'en pâtiras en rien, sinon dans la mesure où Allah en aurait décidé ainsi à ton encontre. Certes, les calames sont levés et l'encre des feuillets a séché ».

Selon une autre version, il y a ceci :
« Observe les commandements d'Allah, tu le trouveras devant toi. Informe-toi de Lui, dans l'aisance : Il te connaître dans la misère. Sache que ce qui est destiné à t'éviter, ne t'atteindra pas et ce qui est destiné à t'atteindre, ne te manquera pas. Sache que la constance fait remporter la victoire, la joie suit l'adversité, et la richesse la misère ».


Hadith 20 : La pudeur.

Selon Aboû Masoûd Oqba ibn Amr le Compagnon qui prit part à la bataille de Badr, l'Envoyé de Dieu ﷺ a dit:
« Certes, de tout ce que les gens saisissent d'antiques paroles prophétiques, la première est : Si tu n'as pas de pudeur, fais ce que tu veux ».


Hadith 21 : Persévérer dans la voie.

Abou ‘Amr (on dit aussi Abou Amra), Soufiyân Ibn ‘AbdAllah a dit : Je dis à l'Envoyé d'Allah ﷺ ﷺ :
« Dis-moi une parole touchant l’Islam, telle que je n’interrogerai à son sujet personne autre que toi ».
Il dit : « Dis : « J’ai foi en Allah », puis suis la voie droite ».


Hadith 22 : La voie du paradis.

Selon Abou ‘AbdAllah, Djabir Ibn ‘AbdAllah, le Compagnon un homme interrogea l'Envoyé d'Allah ﷺ ﷺ et lui dit :
« A ton avis, si j’accomplis les prières rituelles prescrites, si je jeûne en Ramadan, si je m’en tiens aux choses permises et évite ce qui est défendu, sans y ajouter aucune autre pratique (surérogatoire) entrerai-je au Paradis ? »
Le prophète répondit : « Oui ».


Hadith 23 : Tout bien est une aumône.

Selon Abou Malik Al-Harith Ibn ‘Assim Al-Ach’ari , l'Envoyé d'Allah ﷺ ﷺ a dit :
« La pureté rituelle est la moitié de la religion. Dire : « Louange à Allah », remplit la balance des bonnes actions.
Dire : « Gloire à Allah, Louange à Allah », remplit l’espace compris entre le ciel et la terre.
La prière rituelle est lumière, l’aumône est preuve (que le dû est acquitté), la patience est clarté, le Coran est argument en ta faveur ou à ton détriment (selon que tu en suis ou non les prescriptions).
Chaque homme, de grand matin, fait commerce de son âme, la sauvant, ou la faisant périr »


Hadith 24 : L'interdiction de l'injustice.

Selon Abou Dharr Al-Ghifari, le prophète parmi ce qu’il a rapporté venant de Son Seigneur, déclare qu’Il a dit :
« Ô Mes Serviteurs ! Je Me suis interdit l’injustice et Je vous déclare que Je vous l’interdis. Ne soyez donc pas injustes les uns envers les autres.
Ô Mes Serviteurs ! Chacun d’entre vous est un égaré, sauf celui que Je mène dans le droit chemin : demandez-Moi donc que Je vous mène, et Je vous y mènerai.
Ô Mes Serviteurs ! Chacun d’entre vous est affamé, sauf celui que Je nourris : demandez-Moi donc de vous nourrir, et Je vous nourrirai.
Ô Mes serviteurs ! Chacun d’entre vous est nu, sauf celui que J’habille : demandez-Moi donc de vous habiller et Je vous habillerai.
Ô Mes serviteurs ! Vous péchez de nuit comme de jour et Moi, Je pardonne tous les péchés : demandez-Moi donc de vous pardonner, et Je vous pardonnerai.
Ô Mes serviteurs ! En vain feriez-vous des efforts pour réussir à Me nuire et en vain pour réussir à M’être utiles.
Ô Mes serviteurs ! Si du premier au dernier, homme ou jinn, vous étiez aussi pieux que l’est celui au cœur le plus pur d’entre vous, cela n’ajouterait rien à Mon Royaume.
Ô Mes Serviteurs ! Si du premier au dernier homme ou jinn, vous étiez aussi pervers que l’est celui d'entre vous au cœur le plus pervers, cela ne diminuerait en rien Mon royaume.
Ô Mes Serviteurs ! Si du premier au dernier, homme ou jinn, vous vous teniez dans une seule région de la terre pour solliciter Mes faveurs et si J’accordais à chacun de vous sa demande, cela n’amoindrirait en rien Mes propriétés, pas plus que l’aiguille n’enlève quoi que ce soit à l’océan en y pénétrant.
Ô Mes serviteurs ! Ce sont vos actes seulement dont Je tiendrai compte, ensuite, Je vous rémunérerai d’après ceux-ci. Donc celui qui trouve le bonheur, qu’il rende grâce à Allah et celui qui trouve autre chose, qu’il ne s’en prenne qu’à lui-même ».


Hadith 25 : Les bienfaits d'Allah et l'ampleur de sa miséricorde.

Selon Abou Dharr également, quelques compagnons de l'Envoyé d'Allah ﷺ lui dirent :
« Ô Envoyé d’Allah ! Les gens les plus riches ont accaparé les récompenses, ils prient comme nous, jeûnent comme nous, de plus ils font l’aumône avec le surplus de leurs richesses ».
Il répondit : « Comment ? Allah ne vous a pas donné de quoi faire l’aumône ? Dire : « Gloire à Allah » (soubhan Allah) est une aumône, « Allah est Grand » (Allahou akbar) est une aumône aussi, et de même: « Louanges à Allah » (al hamdou lillah), « Il n’y a d’autre divinité qu’Allah » (la ilaha illa Allah). Chaque fois que vous ordonnez le bien, c’est une aumône, et chaque fois que vous défendez le mal, c’est une aumône. Chaque fois que vous faites œuvre de chair, vous faites une aumône ».
Ils s’écrièrent alors : « Comment ! Chacun de nous satisferait ses appétits charnels et mériterait par là une rétribution?».
Il répondit : « Voyons, celui qui assouvit ses appétits de façons illicite, ne se charge-t-il pas d’un péché? De même celui qui les satisfait de façon licite, obtient une rétribution ».


Hadith 26 : La conciliation des gens en toute justice.

Selon Abou Houraïra, l'Envoyé d'Allah ﷺ a dit:
« L'homme a, sur chaque articulation une aumône. Chaque jour où le soleil se lève et où tu réconcilies deux adversaires, tu fais une aumône. En aidant un homme soit à enfourcher sa monture, soit à y placer sa marchandise, tu fais une aumône. Une bonne parole, c`est une aumône, chaque pas que tu fais pour te rendre à la prière rituelle, c`est une aumône, en écartant un obstacle du chemin, tu fais une aumône ».


Hadith 27 : La piété et le péché.

Selon An-Nawwâs ben Samân, le prophète a dit :
« La vertu est (la somme) des bonnes qualités, et le péché, c'est ce qui s'implante dans ton âme, alors qu'il te répugnerait que les gens puissent le savoir ».
Wâbissa ibn Mabad a dit : j'allai voir l'Envoyé d'Allah ﷺ et il me dit :
- « Tu viens me questionner au sujet de la vertu ?
- Oui, répondis-je, et il reprit :
- Interroge ton cœur. La vertu c'est ce par quoi l'âme jouit du repos et le cœur de la tranquillité. Le péché, c'est ce qui s'implante dans l'âme et met le trouble au sein de l'homme, et ceci malgré toutes les consultations religieuses que l'on pourrait te donner (pour te tranquilliser) ».


Hadith 28 : Se conformer à la Sunna et refuser l'innovation.

Aboû Nadjih`el Irbâdh ben Sâriya a dit: l' Envoyé d’Allah nous fit un jour un prêche qui fit frémir les cœurs et couler les larmes des yeux. Nous lui dimes alors :
« O Envoyé d’Allah, on dirait un sermon d'adieux. Fais-nous une (dernière) recommandation ».
Il répondit : « Je vous recommande d'adorer Allâh, d'écouter votre chef, et de lui obéir, votre Emîr fut-il un esclave. Certes, qui de vous vivra, verra de graves discordes. Il vous incombe donc de suivre ma manière d'être et celle des Khalifes réguliers, dirigés (par Allah). Tenez-vous à cela de toutes vos forces, et gardez-vous des nouveautés religieuses, car toute innovation est égarement ».


Hadith 29 : Les portes du bien et les chemins de la guidance

Mouâd ben Djabal a dit: Je dis:
« O Envoyé d’Allah ! Enseigne-moi une action qui me conduise au Paradis, et m'éloigne de l'Enfer». Il répondit :
« Certes, tu m'as demandé une chose grave, mais elle sera simplifiée pour celui à qui Allah facilite la tâche. Adore Allâh , sans Lui adjoindre nul associé, observe la prière rituelle, acquitte la zakât, jeûne durant le mois de Ramadan, accomplis le pèlerinage à la Kaba».
Puis le prophète poursuivit : « Veux-tu que je te montre les portes du Bien? Le jeûne est un rempart. L’aumône éteint le péché comme l'eau éteint le feu. La prière de l'homme au milieu de la nuit... (est la meilleure) ». Puis il récita le verset: « Ils s'arrachent de leurs lits...» jusqu'au mot: «… qu'ils oeuvraient!» [ 32 ; 16-17 ].
Puis il reprit : « Veux-tu que je te montre la partie principale de la religion, sa colonne et l'extrémité de son sommet? ». « Oui, ô Envoyé d’Allah », répondis-je.
Il répondit : « La partie principale de la religion, c`est la soumission à Allah, sa colonne, c'est la prière rituelle, et l'extrémité de son sommet, la guerre sainte ».
Il ajouta: « Veux-tu que je t`apprenne ce qui soutient tout cela? ». « Oui, ô Envoyé d’Allah », répondis-je. Il saisit alors sa propre langue et dit : « Garde-toi de celle-là ».
Je lui dis: « Ô prophète de Dieu, serons-nous donc susceptibles d'être châtiés pour avoir parlé? ».
Il me répondit : « Malheureux, est-ce que les gens ne tombent pas en Enfer, face en avant, (ou sur leur nez) comme conséquence des calomnies que profère leur langue ? ».


Hadith 30 : Les limites d'Allah et les choses sacrées.

Selon Aboû Thalaba El-Khouchanî Djourthoûm ben Nâchir, le prophète a dit:
« Certes, Allah a fixé des obligations canoniques, ne les négligez pas; Il a déterminé des limites, ne les transgressez pas; Il a interdit certaines choses, n'en usez pas; Il s'est tu à propos d'autres, par miséricorde à votre égard, non par oubli, n'en scrutez donc pas les raisons.»


Hadith 31 : Le véritable ascétisme.

Aboû Abbâs Sahl ben Sades Sâ'idî a dit : Un homme se rendit auprès du prophète et lui dit :
« Ô Envoyé de Dieu, enseigne-moi une action dont l'accomplissement me vaudra l'amour de Dieu et celui des hommes ».
Il lui répondit:
« Méprise les choses d'ici bas, Dieu t'aimera, et méprise ce que possèdent les hommes, et les hommes t'aimeront ».


Hadith 32 : Tout préjudice est illégal.

Selon Aboû Said Sad ben Mâlek ben Sinân el Khodrî, l'Envoyé d'Allah ﷺ a dit :
« Ne faites pas de mal, et ne rendez pas le mal pour le mal ».


Hadith 33 : La preuve incombe au demandeur.

Selon Ibn Abbâs, le prophète a dit:
« Si l'on accordait aux plaideurs, l'objet de leurs demandes, certes, on en verrait qui réclameraient les richesses et le sang d'autres gens. Mais il appartient au demandeur de faire la preuve, et le serment est déféré a celui qui nie ».


Hadith 34 : L'empêchement du blâmable est un devoir religieux.

Aboû Saîd El Khodrî a dit qu'il a entendu l'Envoyé d'Allah ﷺ dire :
« Si l'un d'entre vous voit ce qui déplait à Dieu, qu'il le combatte de ses mains; si cela ne lui est pas possible, que ce soit par la langue, et si cela encore ne lui est pas possible, que ce soit avec son cœur, c'est là le minimum imposé par la foi ».


Hadith 35 : La vraie fraternité.

Selon Aboû Hurayra, l'Envoyé d'Allah ﷺ a dit :
« Ne vous jalousez pas, n'enchérissez pas les uns sur les autres, ne vous haïssez pas, et n'agissez pas avec perversité les uns à l'égard des autres, ne concluez pas d'achats au détriment les uns des autres.
Soyez, ô serviteurs de Dieu, tous frères; le musulman est frère du musulman, il ne l' opprime pas, ni ne l' abandonne, et il ne lui ment pas, ni ne le méprise. La crainte de Dieu est ici », et il dit ceci en montrant trois fois son cœur, puis il ajouta :
« Le pire de l' iniquité est de mépriser son frère musulman. Tout ce qui appartient au musulman est sacré pour le musulman: son sang, son bien, son honneur ».


Hadith 36 : L'incitation à oeuvrer salutairement.

D' après Aboû Horeïra, le prophète a dit :
« Quiconque, en ce bas monde, a allégé l' affliction d'un croyant, verra Dieu alléger son affliction au jour du Jugement Dernier. Quiconque secourt un homme dans la gêne, verra Dieu le secourir en ce bas monde et dans l' Autre.
Quiconque couvrira les fautes d'un Musulman, verra Dieu les lui couvrir en ce bas monde et dans l'Autre. Dieu aide Son serviteur tant que ce dernier aide son frère.
Celui qui parcourt le chemin de la Science (religieuse), Dieu lui aplanira le chemin du Paradis.
Tant que les hommes s'assembleront en quelque demeure consacrée à Dieu pour réciter le Coran et pour l'étudier ensemble, la paix du cœur descendra sur eux, la miséricorde les couvrira, les anges les entoureront et Dieu les mentionnera comme étant des Siens.
Quant à celui dont les œuvres ont mis en retard, il ne sera pas mis en avance par son lignage ».


Hadith 37 : La grâce divine.

Selon Ibn Abbâs, l'Envoyé d'Allah ﷺ a dit parmi ce qu'il a transmis comme venant de Son Seigneur :
« Allah a déterminé les bonnes actions et les péchés. Puis il a fait une distinction en cette matière. Lorsque quelqu'un se propose d'accomplir une bonne action, et ne la fait pas, Il la lui inscrit comme si elle était accomplie, et s' il l' accomplit, Il met à son actif dix bonnes actions, et même sept cents, et encore bien davantage.
Mais s' il se propose d'accomplir un péché et ne l'accomplit pas, Allah le lui inscrit comme une bonne action accomplie, et s' il accomplit ce péché, Allah ne le lui inscrit que comme un seul péché ».


Hadith 38 : L'amour d'Allah.

Selon Aboû Hurayra, l'Envoyé d'Allah ﷺ a dit :
« Allah a dit : " A celui qui nuit à un de mes alliés, je déclarerai la guerre. Rien de ce qui M'est agréable ne rapproche autant Mon serviteur de Moi, que l' accomplissement des obligations que Je lui ai imposées. Mon serviteur ne cessera de se rapprocher de Moi par des pratiques surérogatoires jusqu'à ce que je l'aime, et, lorsque je l'aimerai, Je serai l'oreille par laquelle il entendra, le regard par lequel il verra, la main avec laquelle il empoignera, le pied avec lequel il marchera.
S'il Me sollicite, certes, Je lui accorderai Ma faveur, s'il implore Ma protection, certes, Je la lui accorderai " ».


Hadith 39 : Pas de gêne dans la religion.

Selon Ibn Abbâs, l' Envoyé d’Allah a dit:
« Certes, par ma cause, Dieu pardonnera à ma communauté (les péchés) commis par erreur, oubli, ou contrainte.»


Hadith 40 : Ce bas monde au profit de l'au-delà.

Ibn Omar a dit : l'Envoyé d'Allah ﷺ me prit par l'épaule et dit :
« Sois en ce bas monde comme un étranger », ou « comme un passant ».
Ibn Omar disait : « Lorsque tu es au soir, n'attends pas le matin, et lorsque tu es au matin, n'attends pas le soir. Prends sur ta santé pour le moment de ta maladie, et sur ta vie pour celui de ta mort ».


Hadith 41 : Le signe de la foi.

Selon Aboû Mohammed Abdallah ben Amroû ben El-Ass, l'Envoyé d'Allah ﷺ a dit :
« Aucun de vous ne deviendra véritablement croyant, que lorsque ses passions se plieront aux règles que je vous ai apportées ».
[ Rapporté par Ibn Batta, al Baghawî ]

Le hadîth est d’une faible autorité canonique. Voir pour cela ce que dit Ibn Rajab là-dessus dans son ouvrage "jâmi’ al ‘ulûm w-al hikam". Voire également la critique d’al Albani dans "al mishkât".


Hadith 42 : L'immensité de l'indulgence divine.

Anas dit qu’il a entendu l'Envoyé d'Allah ﷺ dire :
« Allah a dit: " Ô fils d' Adam, tant que tu M'invoqueras et mettras ton espoir en Moi, Je te pardonnerai les péchés dont tu te seras chargé, sans Me soucier de leur grand nombre.
Ô fils d'Adam, si tes péchés atteignent toute l'étendue visible du ciel, et qu'alors tu implores Mon pardon, je te pardonnerai.
Ô fils d' Adam, si tu viens à Moi, ayant rempli la terre de tes péchés et qu'alors tu Me rencontres cependant que tu n'associes personne d'autre à moi, Je te donnerai de quoi la remplir autant de pardon ».


* Commentaires

Avant de juger un texte en Islam, il faut d’abord recueillir tous les textes du Coran ou de la Sunna (paroles rapportées du prophète) qui ont trait au thème de ce texte. L’Islam ne possède aucune contradiction en son sein, mais la contradiction émerge de l’esprit de certains Hommes ignorants, ou atteints d’une paresse intellectuelle et d’un manque d’éthique les poussant à vouloir comprendre un texte sans science (religieuse), et à détourner le sens des paroles divines afin de nuire à cette noble religion.

Concernant le Hadith 8

C’est pour cette raison que nous avons choisi d’éclaircir le sens de certains Hadith qui peuvent (volontairement ou non) être mal interprétés. Ainsi, concernant le thème du combat dans le sentier d’Allah, on peut citer les passages suivant du Coran :

« Combattez dans le sentier d’Allah ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas. Certes, Allah n’aime pas les transgresseurs ! ». Sourate 2, verset 190.

Dans ce verset, il est clairement compréhensible que le combat dans le sentier (ou pour la cause) d’Allah ne s’applique qu’en cas de légitime défense. En effet, le musulman, s’il est attaqué, a le droit de se défendre, mais seulement en ripostant face à son agresseur, et à lui seul. On peut tirer de ce verset la règle numéro 1 :

LE MUSULMAN N’A AUCUNEMENT LE DROIT D’ATTAQUER UNE PERSONNE, SAUF SI CETTE DERNIERE L’A AGRESSÉ EN PREMIER.

Dans ce verset, lorsqu’Allah dit « et ne transgressez pas », il est clair que la transgression en question est celle d’attaquer une personne innocente. On en tire la règle numéro 2 :

LE MUSULMAN N’A NULLEMENT LE DROIT D’ATTAQUER UNE PERSONNE INNOCENTE.

Avec ce seul verset, on peut comprendre la parole du prophète citée dans le Hadith Nawawi Numéro 8.

Ainsi, lorsque le prophète dit qu’il lui a été ordonné de combattre les hommes, il parle de ceux qui lui ont d’abord déclarer une guerre. Et puisqu’ils (les agresseurs) ont tué des combattants musulmans (en état de légitime défense, rappelons-le), alors Allah a ordonné au prophète de les combattre jusqu’à ce qu’ils se convertissent à l’Islam. Et dans ce cas, ils n’auront plus rien à craindre de la part de l’armée musulmane (de l’époque).

Cependant, si les agresseurs se convertissent par peur de l’armée musulmane, et non par foi, alors « Allah réglera le compte de leur vraies intentions ».

Concernant le Hadith 14

Le Hadith Nawawi Numéro 14 rapporte que le prophète a interdit de « couler le sang », autrement dit de condamner à mort un musulman dans trois cas : l’adultère, le crime et l’apostasie.

Concernant l’adultère : Il faut savoir qu’en Islam, l’adultère est passible de la peine capitale, mais seulement sous certaines conditions. Parmi ces conditions, il faut que l’acte sexuel ait été vu clairement et sans ambiguïté par au minimum quatre personnes. Qui aujourd’hui va commettre la fornication devant tant de personnes ? On comprend logiquement que cette loi imposée par Allah n’est autre qu’un moyen de dissuader les croyants de commettre ce pécher.

A propos du crime : En Islam, la loi du talion s’applique. Si un musulman retire injustement la vie à un Homme, alors il est passible de la condamnation à mort. Cette loi est encore appliquée dans de très nombreux pays de nos jours.

Enfin, concernant l’apostasie : Dans le Coran, Allah dit : « Ceux qui ont cru, puis sont devenus mécréants, puis ont cru de nouveau, ensuite sont redevenus mécréants, et n’ont fait que croître en mécréance, Allah ne leur pardonnera pas, ni les guidera vers un chemin (droit) ». Sourate 4, verset 137. On comprend dans ce verset qu’une personne peut croire, ensuite mécroire, puis croire, et de nouveau mécroire… Le musulman ne doit donc pas tuer une personne qui quitte l’Islam, car il se peut que cette dernière retourne à cette religion. Dans le Hadith Nawawi numéro 14, les apostats visés sont en fait les hypocrites de l’époque, qui faisaient semblant de croire au prophète, et qui en cachette se retrouvaient pour ruser contre ce dernier et contre les musulmans. Ils élaboraient aussi des ruses avec d’autres tribus non musulmanes de l’époque pour nuire aux musulmans. On peut comparer ces personnes aux collabos de la seconde guerre mondiale. De telle personnes étaient donc passibles de la peine de mort à cause du tort qu’ils faisaient aux musulmans (crimes, etc.) et de leur détermination à persister sur cette voie.